fond concert reggae

Burning Spear

Né en 1945 en Jamaïque, Burning Spear, de son vrai  nom Winston Rodney, est un chanteur de reggae. Figure emblématique de ce mouvement musical, il se démarque par ses paroles engagées qui défendent son peuple mais également la cause rastafari.

Débuts de carrière

Winston Rodney emprunte son nom de scène au politicien Jomo Kenyatta, premier à avoir utilisé le surnom Burning Spear. Venu d’une famille très pauvre, le musicien a toujours entretenu un certain mystère sur ses origines mais n’a jamais caché avoir très tôt voulu faire de la musique.

On sait que Burning Spear a grandi à proximité de St-Ann et donc, de la commune qui a vu naître Bob Marley. Le moment venu, c’est justement ce dernier qui permettra à Burning Spear de rentrer chez  Studio One. En 1969, il sort le single Door Peep. En 73 et 74 suivirent ses deux premiers albums,  Burning Spear et Rocking Time, deux opus qui sont toujours  considérés comme étant les albums roots de référence.

La période Island Records

Le musicien rejoint ensuite le label Island Records grâce auquel il sort d’autres titres de grande importance pour sa carrière : Marcus Garvey, Garvey’s Ghost ou encore Man in the Hills. Dans ces albums, Burning Spear parle régulièrement de Marcus Garvey un leader noir considéré comme étant le prophète du mouvement rastafari.

Tout au long de sa carrière, le musicien changera plusieurs fois de maisons de disque.

Une reconnaissance à l’international

A partir des années 70,  Burning Spear est reconnu à l’international et est considéré comme l’un des artistes reggae majeurs de l’époque. L’artiste multiplie les projets artistiques. En 1979, on le voit notamment dans le film Rockers où il chante son titre Jah No Dead a capella sur la plage. En 80 et 90, il sort plusieurs albums et obtient un  Grammy Awards en 2000 grâce à Calling Rastafari.

En 2002,  Burning Spear et sa femme fondent leur propre maison de disque : Burning Spear Records.

Concert Reggae : Tous droits réservés. Mentions légales.